You are here

L’homme à temps partiel

Markus Theunert

Le projet « Teilzeitmann » (Homme à temps partiel) a été financé de 2012 à 2014 par le bureau fédéral de l’égalité entre femmes et hommes (BFEG). En 2015, le BFEG a soutenu un préprojet pour lancer le projet en Suisse romande. La demande de financement du projet romand est en cours d’évaluation.

Le projet «DER TEILZEITMANN» (Homme à temps partiel) a connu un début prometteur lors de son lancement en 2012. L'ensemble des grands médias suisses a couvert les débuts du projet. Pour ce projet, le comité de männer.ch s’était donné un objectif majeur: d’ici à 2020, 20% des hommes et des pères ayant une activité professionnelle travailleront à temps partiel en Suisse.

La campagne est placée sous la responsabilité de männer.ch. Andy Keel et Jürg Wiler sont co-responsables de ce projet. Celui-ci s'appuie sur les travaux menés depuis plusieurs années par Andy Keel. Grâce à son immense engagement bénévole, ce dernier a pu mettre en place la plateforme www.teilzeit-karriere.ch, la plus grande plateforme d’offres d’emploi de Suisse pour le travail à temps partiel. En plus de ce réseau online,  « Teilzeitmann » offre un service de conseils et de sensibilisation. En plus de s'adresser aux professionnels masculins intéressés par un travail à temps partiel, le projet s'adresse également aux entreprises. Une campagne itinérante rend visite à celles-ci in situ et propose des informations, des modèles et des présentations. 

Pour clôturer le projet en suisse allemande, un livre sur le projet «TEILZEITMANN-Buch» a été publié en 2014 aux éditions Zytglogge. 

Il est difficile d'estimer combien d'hommes ont décidé de réduire effectivement leur taux d'occupation grâce à la campagne. Une chose est cependant certaine: depuis le lancement de la campagne, le nombre d'hommes travaillant à temps partiel a fortement augmenté, comme le montre la courbe d'évolution que nous avons pu établir sur la base des informations de l'Office fédéral de la statistique. En 2015, 16,4% des hommes travaillent à temps partiel, soit 403'000 personnes.