Nous avons besoin de plus que des contrôles sur les salaires

29 Feb 16
Markus Theunert

La Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a envoyé ses propositions de révisions de la loi sur l’égalité en consultation. Au cœur de ses propositions : un meilleur contrôle des salaires. Männer.ch soutient les améliorations proposées, tout en regrettant leur caractère unilatéral.

«Les mesures de politique d’égalité doivent être capables de réduire les écarts entre hommes et femmes dans la répartition du travail familial et professionnel » - voici l’objectif stratégique formulé par Männer.ch dans sa réponse à la consultation lancée par Mme. Sommaruga.  La lutte contre les discriminations structurelles en termes de salaires est assurément un élément de cet objectif. « Il est essentiel de prendre en considération que cet élément seul ne peut nous satisfaire. L’égalité salariale est dépendante de facteurs plus profonds, facteurs culturels (rôles, modèles familiaux, normes sociales, importance du travail professionnel, organisation du monde du travail, culture d’entreprise), facteurs structurels (choix de métiers « genrés », segrégation horizontale entre les sexes, valorisation idéelle et monétaire très différente suivant si le métier est « masculin » ou « féminin ») et facteurs politiques (absence de congé parental, congé paternité). Ces facteurs fondamentaux doivent être pris en compte si l’on espère mettre en œuvre l’exigence constitutionnelle d’égalité dans tous les domaines. Concrètement : l’égalité salariale n’est possible que si l’on remet en question le modèle courrant du « père nourricier ». Pour atteindre cet objectif, les instruments techniques d’analyse des salaires seront insuffisants. Nous devons aller au-delà et interroger les valeurs qui sous-tendent nos discours et nos choix.»

Downloads:
French translation unavailable for 160222_vernehml_glg_def.pdf.